A la Une!BuisnessManagement
A la Une

Astuces : comment manager face à l’anxiété

(Leconomie.info) - "L'anxiété est un état émotionnel caractérisé par des sentiments d'inquiétude, de nervosité et de malaise.’’ - Alice Boyes dans La boîte à outils de l'anxiété

Tout au long de leur parcours, les managers ressentent des émotions intenses. Si certaines décisions importantes, telles que la restructuration de l’entreprise, les négociations, les acquisitions et les fusions, peuvent être une source d’anxiété, ce sont souvent les petites choses quotidiennes, telles qu’une échéance imminente, une présentation ou une réunion de décision, qui peuvent être une source de stress et d’anxiété.

Les raisons de ce sentiment peuvent être multiples : Vous n’avez peut-être pas le sentiment de maîtriser votre situation. Les choses peuvent ne pas se dérouler comme vous l’aviez prévu. Vous n’êtes pas sûr de votre décision. Vous avez peur de l’avenir. Vous craignez de décevoir votre équipe. Vous craignez de ne pas en faire assez et de devoir en faire plus.

L’anxiété se manifeste de différentes manières en fonction des personnes.

Une partie de l’anxiété peut être rationnelle et utile et vous amener à prendre des mesures constructives lorsque la situation l’exige, comme planifier de manière proactive une stratégie future pour votre organisation, chercher des solutions créatives aux problèmes existants ou permettre à votre équipe de travailler de manière plus efficace et plus productive. Toutefois, si elle n’est pas maîtrisée, elle peut souvent conduire à des comportements destructeurs.

Lorsque vous êtes plein d’énergie anxieuse, vous avez du mal à rester assis et vous risquez de faire des demandes irrationnelles à votre équipe. Lorsque vous prenez une décision, l’anxiété peut altérer votre jugement et vous amener à ignorer des opinions pertinentes, à tirer des conclusions hâtives et à faire des suppositions erronées. Lorsque vous travaillez sur une tâche importante, l’anxiété peut vous distraire, vous empêcher de vous concentrer sur la tâche à accomplir et vous donner l’impression d’être fatigué sans avoir accompli grand-chose. Dans certaines situations, l’anxiété peut même vous figer, vous empêchant d’agir ou de prendre des décisions importantes. Vous risquez de trop réfléchir à votre situation et de vous laisser paralyser par ces pensées.

L’anxiété qui découle des sentiments de doute de soi et du syndrome de l’imposteur fait naturellement partie de l’être humain. C’est ce qui peut vous inciter à remettre en question vos choix, à affronter vos propres sentiments et à vous engager de manière proactive avec le désir de faire mieux. Le problème survient lorsque vous laissez votre anxiété de dirigeant vous empêcher de voir la réalité de votre situation.

En tant que manager, les choses ne se passeront pas toujours comme prévu. Vous serez confronté à des revers. Vous devrez faire face à des moments difficiles. Vous n’avez pas le contrôle de tout cela.

Faut-il partager ses angoisses en tant que leader ?

La question que l’on me pose le plus souvent est la suivante : « Comment puis-je dire à mon équipe que j’ai peur ? N’est-ce pas à moi, en tant que leader, de donner l’impression d’être sûr de moi ? »

Et je réponds ceci. La conséquence la plus indésirable de l’anxiété des managers, lorsqu’elle n’est pas maîtrisée, est la transmission de cette anxiété à vos équipes. L’idée n’est pas d’être hypocrite dans vos sentiments, mais de faire attention à ce que vous transmettez à vos équipes sans créer un sentiment de peur chez elles. Comment dire la vérité sans laisser un sentiment de désespoir ? Comment exprimer vos émotions de manière à créer de l’enthousiasme et non un sentiment de désespoir ?

Exprimez votre vulnérabilité comme une force et non comme une faiblesse à éviter. Lorsque vous vous montrez vulnérable, vous ne donnez pas l’impression d’être incompétent ou de ne pas savoir ce que vous faites. Au contraire, vous donnez l’impression d’être une personne très consciente d’elle-même et prête à accepter la réalité de sa situation. Il y a un juste équilibre entre être vulnérable et dire des choses qui font perdre aux autres leur confiance en leurs compétences.

Montrez à vos équipes qu’il n’y a pas de mal à éprouver ces sentiments de temps en temps. Il n’est pas acceptable de se laisser abattre par eux. Concentrez votre message sur ce qui peut être contrôlé et ne perdez pas de temps et d’énergie sur ce qui échappe à votre contrôle. 

En tant que manager, faites preuve d’une humilité confiante – l’humilité de reconnaître l’état des choses telles qu’elles sont et la confiance en votre capacité à redresser la situation. Vous ne voulez pas accabler vos collaborateurs avec des détails sur vos insécurités. En même temps, vous ne voulez pas non plus les induire en erreur en brossant un tableau idyllique de la situation.

En disant « Cette décision me fait peur« , vous montrez que vous tenez à ce que les choses se passent bien.

Dire « Je sais que certains d’entre vous sont inquiets au sujet de la fusion. Je le ressens aussi », permet aux autres de s’identifier à vous personnellement et émotionnellement. 

De nombreux managers pensent que l’anxiété chez un leader est une mauvaise chose et que leurs collaborateurs leur feront davantage confiance s’ils se concentrent sur la mise en valeur de leurs forces et de leurs compétences tout en enfermant leurs émotions et en gardant leurs peurs à l’écart. Mais ils oublient ceci : si vous vous sentez anxieux, cela ne se reflétera peut-être pas dans vos paroles, mais cela se verra certainement dans votre langage corporel. Les gens peuvent percevoir votre manque d’authenticité et ne vous feront pas confiance si ce que vous dites diffère de la façon dont vous vous comportez. Daniel Goleman, psychologue renommé et auteur de Emotional Intelligence, appelle cela le « Wi-Fi neuronal », selon lequel les humains peuvent percevoir les sentiments non exprimés des autres et détecter leurs émotions à travers leurs actions.

Nelson Mandela a déclaré : « Le courage n’est pas l’absence de peur, mais le triomphe sur la peur. L’homme courageux n’est pas celui qui n’a pas peur, mais celui qui vainc cette peur« . Les grands managers agissent malgré leur anxiété. Ils ne cachent pas leurs peurs. Ils ne se laissent pas abattre par leurs peurs.

3 étapes pour gérer l’anxiété des managers

1. Accepter les sentiments désagréables

La première étape pour gérer l’anxiété est de reconnaître que vous la ressentez. Si vous n’êtes même pas conscient de ce que vous ressentez ou si vous rejetez vos émotions en craignant qu’elles n’aient un impact sur votre efficacité en tant que leader, vous ne pourrez pas tirer parti de votre anxiété de manière constructive. 

Rappelez-vous ceci : plus vous essayez de contrôler votre anxiété, plus elle se défend. Faites face à ce que vous ressentez, même si cela vous met mal à l’aise au début.

Pour savoir si vous êtes anxieux, posez-vous les questions suivantes chaque fois que vous ressentez des émotions fortes :

1. Suis-je mal à l’aise dans mon corps ?

2. Ai-je l’impression que mon cœur et mon esprit s’emballent ?

3. Ai-je du mal à me concentrer ?

4. Suis-je capable de reconnaître ces réactions physiques : mains moites, ventre retourné, poitrine oppressée ?

Une fois que vous êtes capable de vous asseoir avec votre malaise et de le questionner, vous serez en mesure de le reconnaître. Identifiez le sentiment et nommez-le à haute voix. Dites « Je me sens anxieux ».

2. Identifiez les éléments déclencheurs

Connaître les causes de votre anxiété peut vous aider, en tant que manager, à prendre conscience de certaines interactions, exigences professionnelles ou situations qui déclenchent l’anxiété. Vous pouvez alors prendre des mesures pour mieux vous préparer à gérer votre anxiété dans ces moments-là.

Supposons qu’une réunion avec un grand groupe de personnes suscite chez vous de l’anxiété. Vous vous inquiétez de vos capacités à parler en public, ce qui accentue votre manque de confiance en vous et vous fait vaciller davantage. Sachant cela, vous pouvez mettre en place un plan pour vous entraîner à parler en public avant la réunion. Vous pouvez utiliser les feedbacks et les conseils de vos sources de confiance pour améliorer votre discours ou engager un coach qui vous aidera à le faire.  

Posez-vous les questions suivantes pour identifier ce qui déclenche l’anxiété chez vous :

 Y a-t-il des événements spécifiques qui vous rendent anxieux ?

 Vous sentez-vous anxieux en présence de certaines personnes ?

 Y a-t-il des situations spécifiques qui vous rendent anxieux – lorsque vous faites quelque chose pour la première fois, lorsque vous n’êtes pas sûr de votre décision, lorsque vous êtes sous pression, lorsque les choses ne se déroulent pas comme vous l’aviez prévu, lorsque vous avez l’impression de ne pas avoir le contrôle ? Faites-en la liste pour vous-même.

Le fait de savoir ce qui déclenche l’anxiété présente un autre avantage. Vous pouvez utiliser le feedback de ces moments pour identifier l’impact de l’anxiété sur votre comportement et vos décisions et vous en servir pour faire mieux la prochaine fois. Repensez à certains événements passés au cours desquels vous avez ressenti de l’anxiété et posez-vous les questions suivantes :

 Comment ai-je réagi à l’anxiété à ce moment-là ?

 Mes actions ont-elles été utiles ou non ?

 Que puis-je faire mieux la prochaine fois ?

La dernière question est la plus importante car elle fait instantanément passer votre esprit du mode problème au mode solution.

3. Ralentissez pour agir avec intention

Victor Frankl, auteur de L’homme en quête de sens, a déclaré : « Entre le stimulus et la réponse, il y a un espace. Dans cet espace se trouve notre pouvoir de choisir notre réponse. C’est dans notre réponse que se trouvent notre croissance et notre liberté« .

En d’autres termes, faites une pause. Lorsque vous vous sentez anxieux, apprenez à rechercher cet espace. Ralentir dans ces moments-là est le meilleur moyen d’éviter de réagir à la situation et de se préparer consciemment à une réponse plus efficace.

Ralentissez, examinez attentivement votre anxiété et posez-vous les questions suivantes :

 Êtes-vous angoissé par vos pires scénarios ? Examinez de façon réaliste ce qui est probable et ce qui a le plus de chances de se produire. N’exagérez pas vos pires craintes.

 Êtes-vous anxieux par rapport à l’avenir ? Acceptez maintenant le fait que l’avenir sera toujours incertain. Quels que soient vos efforts, certaines choses échapperont toujours à votre contrôle. Reconnaissez cette réalité. N’essayez pas de tout contrôler.

 Êtes-vous anxieux à l’idée de ne pas prendre la meilleure décision ? Réfléchissez aux informations dont vous avez besoin pour prendre une meilleure décision et contactez les personnes qui peuvent vous aider.

En tant que manager, vous pouvez ressentir de l’anxiété pour de nombreuses autres raisons. Tout ce que vous avez à faire, c’est de ralentir et de faire une pause dans ces moments-là. Vous finirez certainement par trouver une bien meilleure solution.

Résumé

1. L’anxiété liée au leadership est une expérience universelle.

2. N’essayez pas de cacher ce que vous ressentez ou de le repousser pour le faire disparaître. Plus vous essayez de contrôler votre anxiété, plus elle se défend.

3. Si vous ne la contrôlez pas, vous risquez de transmettre votre anxiété à vos équipes. Ne laissez pas votre anxiété limiter ce que vos équipes peuvent accomplir.

4. La première étape pour gérer l’anxiété est de reconnaître que vous la ressentez. Asseyez-vous avec votre malaise et nommez-le à haute voix. Dites « Je me sens anxieux ».

5. L’étape suivante consiste à identifier les personnes, les situations et les événements qui déclenchent cette anxiété. Une fois que vous savez ce qui vous rend anxieux, vous pouvez être mieux préparé à y faire face. Utilisez le retour d’information de ces moments pour identifier l’impact de l’anxiété sur votre comportement et vos décisions afin de faire mieux la prochaine fois.

6. Enfin, lorsque vous vous sentez anxieux, ne vous précipitez pas dans l’action. N’essayez pas de réparer ce qui vous cause de l’anxiété. Ralentissez plutôt. Faites une pause pour agir avec intention.

Par Francis Eret

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Verified by MonsterInsights