A la Une!Buisness

Transport en commun : Le Cameroun expérimente les véhicules électriques

Lancés depuis le mois d’avril 2022, ils ont déjà effectué 400 courses, sur une distance totale de 11 000 km d’après les promoteurs.

En avril dernier, la société Movin’On Lab Africa en partenariat avec TotalEnergies, a lancé à Yaoundé 2 véhicules électriques assurant le transport des personnes et des biens, « Greenrides ». Selon nos confrères de l’Agence Ecofin, ces véhicules disposent d’une batterie rechargeable sur une borne solaire et jouissent d’une autonomie de 250 km une fois chargés à 100%. Elles effectuent des courses à des tarifs identiques à ceux des véhicules ordinaires.

« Premiers véhicules électriques à intégrer le secteur du transport en commun au Cameroun, ils ont déjà effectué 400 courses, sur une distance totale de 11 000 km selon les promoteurs. Mieux, ces deux véhicules auraient permis d’économiser 1 000 litres de carburant et empêché de rejeter dans l’environnement 2,5 tonnes de CO2 en l’espace d’un semestre », indique notre confrère.

Les promoteurs ne se sont pas exprimés sur la viabilité économique du projet. Mais grâce à cette nouvelle offre de transport, il est possible d’envisager une réduction des émissions des gaz à effet de serre à travers l’usage de véhicules non polluants.

De mémoire, les premiers véhicules électriques ont été introduits au Cameroun par le groupe Bolloré. En mai 2014, la branche énergie du logisticien français avait offert à l’Université de Yaoundé I deux bus électriques baptisés « Blue Bus », suivi d’un 3ème début juillet 2015. Huit ans plus tard, informe Investir au Cameroun, ces trois bus électriques continuent de faciliter la mobilité des étudiants sur le vaste campus de Ngoa-Ekellé.

La Société nationale des hydrocarbures (SNH), et la société française Perenco avaient annoncé le 14 mai 2014 la fin d’essais sur les premières voitures fonctionnant au gaz naturel comprimé (GNC) au Cameroun. Effectués sur trois berlines et un minibus de transport, ces essais jugés « concluants » par les deux partenaires avaient eu lieu en avril 2014 à Bipaga 1, à 12 km de la ville de Kribi au Sud, site à partir duquel est également produit le combustible alimentant la centrale à gaz locale.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Verified by MonsterInsights