A la Une!Buisness

Exploitation minière : La multinationale suisse Glencore reconnue coupable de corruption dans ses opérations pétrolières en Afrique et en Amérique du Sud

À la suite d’une série d’enquêtes prolongées, menées par le Brésil, le Royaume-Uni et les États-Unis, deux filiales de Glencore ont plaidé coupable le 24 mai 2022, de multiples accusations de « manipulation du marché » et de « corruption », notamment en ce qui concerne les opérations pétrolières de la société en Afrique et en Amérique du Sud.

Les pénalités infligées à Glencore aux seuls États-Unis pour avoir violé la loi américaine sur les pratiques de corruption à l’étranger (FCPA) et manipulé les prix des matières premières s’élèvent à environ 1,2 milliard.

Selon les pays enquêteurs, les actions de corruption de Glencore comprenaient plus de 100 millions dollars américains de pots-de-vin versés à des fonctionnaires au Brésil, au Cameroun, en Côte d’Ivoire, en Guinée équatoriale, au Nigeria, au Soudan du Sud et au Venezuela entre 2007 et 2018.

« La portée de ce système de corruption criminelle est stupéfiante. Glencore a versé des pots-de-vin pour obtenir des contrats pétroliers. Glencore a versé des pots-de-vin pour éviter les audits gouvernementaux. Glencore a soudoyé des juges pour faire disparaître des poursuites judiciaires. Au fond, Glencore a versé des pots-de-vin pour faire de l’argent – des centaines de millions de dollars. Et elle l’a fait avec l’approbation, voire l’encouragement, de ses cadres supérieurs », a déclaré le procureur américain Damian Williams pour le district sud de New York.

Des informations au quotidien l’Economie, les transactions de Glencore dans les pays africains devraient être examinées de près au niveau local. Des fonctionnaires africains ayant accepté des pots-de-vin devraient être tenus responsables. Des enquêtes devraient être ouvertes et Glencore devrait être contraint de faire toute la lumière sur l’étendue de ses affaires de corruption. Après tout, Glenore est membre de l’Initiative pour la transparence dans les industries extractives (EITI), basée en Norvège. Sur la base de ses années d’actions corrompues, Glencore devrait être suspendue en tant qu’entreprise soutenant l’ITIE.

La présidente du conseil d’administration de l’ITIE, Rt Hon Helen Clark, a publié une déclaration sur Glencore et a exprimé son inquiétude quant aux actions de l’entreprise. Mais elle poursuit en demandant à Glencore d’appliquer les leçons apprises à son travail en cours avec l’ITIE. Il n’y a aucune mention des conséquences.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Verified by MonsterInsights