A la Une!Economie

La Russie négocie les marchés du pétrole, du gaz et de la transition énergétique avec la Chambre africaine de l’énergie

Avec plus de 125 milliards de barils de réserves de pétrole brut et 620 trillions de pieds cubes de gaz naturel, le potentiel en hydrocarbures de l’Afrique fait l’objet des convoitises depuis quelques temps. Le vice-ministre russe de l’Energie, Pavel Sorokin s’est entretenu avec la Chambre africaine de l’énergie sur une éventuelle collaboration Russie-Afrique et de l’éradication de la pauvreté énergétique en Afrique d’ici 2030.

Les discussions au cours de la réunion ont porté sur la nécessité d’encourager et d’améliorer la collaboration continue entre la Russie et l’Afrique en matière d’énergie, de même que sur la nécessité d’une transition énergétique juste ainsi que sur l’élimination de la pauvreté énergétique. Lors de la réunion, les parties ont souligné la nécessité pour la Russie de poursuivre sa collaboration avec l’OPEP+, ainsi qu’avec d’autres organisations clés, notamment le Forum des pays exportateurs de gaz et l’Association des producteurs de pétrole africains, et de participer aux discussions organisées à Sham El Sheihk, en Égypte, dans le cadre de la COP27.

Avec plus de 125 milliards de barils de réserves prouvées de pétrole brut et 620 trillions de pieds cubes de gaz naturel, le potentiel en hydrocarbures de l’Afrique est inégalé. Ces ressources ont le potentiel de répondre non seulement à la demande intérieure, ouvrant une nouvelle ère de croissance socio-économique grâce au pétrole et au gaz, mais aussi à la demande mondiale, stabilisant les prix et évitant la volatilité du marché mondial du pétrole et du gaz. La nécessité de développer et de monétiser ces ressources est donc essentielle et une meilleure collaboration entre la Russie et l’Afrique pourrait permettre d’accélérer ce développement.

« L’AEC s’est engagée à faire disparaître la pauvreté énergétique en Afrique d’ici 2030, et pour ce faire, nous pensons que toutes les ressources disponibles sur le continent doivent être maximisées. La Russie peut contribuer à stimuler l’investissement et le savoir-faire dans ces ressources et faire en sorte que le continent bénéficie de ses richesses en ressources naturelles. La réunion avec Pavel Sorokin était centrée sur ce point précis : pour réduire la pauvreté énergétique et stimuler une croissance économique durable à long terme, nous devons améliorer la collaboration entre la Russie et l’Afrique, conduire une transition énergétique juste adaptée à l’Afrique et lutter contre le changement climatique », déclare NJ Ayuk, président exécutif de l’AEC.

La nécessité d’une transition énergétique centrée sur l’Afrique a fait l’objet de débats ces dernières années, l’AEC, en tant que voix du secteur énergétique africain, faisant valoir que l’avenir énergétique de l’Afrique continuera de reposer sur toutes les ressources présentes sur le continent.

Ainsi, la conférence annuelle de l’AEC sur l’énergie, la African Energy Week (AEW), qui se tiendra du 18 au 21 octobre 2022 au Cap, sera largement axée sur ce thème, avec des tables rondes, des forums d’investisseurs et des sommets ministériels explorant la nécessité d’une approche multi-ressources de la transition énergétique. Ces discussions débuteront lors de l’AEW au Cap et se poursuivront lors de la COP27 au Caire. En tant que telle, l’AEC portera le récit d’une transition énergétique juste du Cap au Caire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Verified by MonsterInsights