A la Une!Economie

Christophe Guilhou ex-Ambassadeur de France au Cameroun, fait ses adieux au Minpmeesa

L’audience accordée ce 16 septembre 2022 à  Christophe GUILHOU, Ambassadeur de France au Cameroun arrivé en fin de séjour par le Ministre des Petites et Moyennes Entreprises, de l’Economie Sociale et de l’Artisanat Achille BASSILEKIN III a permis de revisiter la coopération bilatérale dense entre le Cameroun et la France, dans les secteurs de compétence du MINPMEESA.

Les discussions ont porté sur l’appui à la professionnalisation et à la compétitivité des centres d’incubation au Cameroun ; l’accroissement des échanges entre les entreprises et/ou investisseurs français et les PME camerounaises, ainsi que leur accès au marché français ; la capitalisation de l’assistance française dans l’exécution des projets de développement dans le secteur des PMEESA ; l’accès aux financements disponibles au niveau des outils de coopération mis en place par la France, entre autres.

A la fin de l’audience, Christophe GUILHOU a dit qu’il s’agit tout d’abord d’une tournée d’au revoir et reconnait avoir éprouvé beaucoup de plaisir à séjourner au Cameroun. Il a ensuite indiqué que la coopération fructueuse qu’il a entreprise avec le Cameroun en général et le MINPMEESA en particulier va se poursuivre avec son remplaçant. L’accent sera davantage mis dans le domaine de l’entrepreneuriat et de l’innovation de la jeune économie.

Après avoir exprimé toute son appréciation vis-à-vis de l’Ambassadeur, le Ministre Achille BASSILEKIN III a confirmé l’accompagnement et la dynamisation du système camerounais d’incubation, d’innovation et de créativité dans le domaine du digital. Il reste clair que cette marque d’attention remonte à l’arrivée de S.E. GUILHOU en 2019 avec leur première descente sur le terrain à Douala dans un incubateur dénommé Le Boukarou. Il a alors insisté sur la formalisation des Journées d’échanges entre les PME françaises et camerounaises.

Il faut noter que le Cameroun a bénéficié de plusieurs Programmes et projets soutenus par la France. Il s’agit entre autres du Programme d’Appui aux Petites et Moyennes Entreprises Agricoles et Agroalimentaires (PMEAA) inscrit par le Gouvernement dans les axes stratégiques du 3è Contrat du Désendettement et du Développement (C2D) et soutenu financièrement par l’Agence Française de Développement (AFD).

Le programme PMEAA a été initié en 2015 par le MINPMESSA. Le  Programme intégré de valorisation et de transformation des produits agricoles et agroalimentaires (TRANSFAGRI) financé par l’AFD, s’inscrit dans la continuité du PMEAA dans le développement de l’auto-entreprenariat, des TPE, PME ainsi que des Organisations de Producteurs et des exploitations agricoles familiales. Ce programme est logé à l’Agence de Promotion des Petites et Moyennes Entreprises (APME) depuis 2018.

Rappelons qu’en France, l’Economie Sociale et Solidaire (ESS) représente 10 % du PIB et près de 12,7 % deys emplois privés. Ce secteur compte environ 200 000 entreprises et structures, et 2,38 millions de salariés. Pour sa part, la Chambre Française de l’Economie Sociale et Solidaire, instance faitière de l’ESS en France, a pour but d’organiser le dialogue entre les membres de l’ESS en France qu’elle représente. Composé essentiellement de petites entreprises, le secteur de l’artisanat est un géant économique en France. Présent dans les secteurs de l’alimentation, du bâtiment, de la production et des services, l’artisanat rassemble plus de 510 activités différentes. L’artisanat en France c’est 1.300.000 entreprises artisanales et 300 milliards d’euros de chiffre d’affaires. La Chambre des métiers et de l’artisanat œuvre pour sa part à la défense des intérêts des artisans, l’accompagnement des entreprises artisanales et la formation des artisans de demain.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Verified by MonsterInsights