Economie
A la Une

Bilan : La dette publique en hausse à mars 2024

(Leconomie.info) Elle reste viable avec un taux du PIB en deçà de la limite communautaire. La situation générale de la dette a été présentée par la Caisse autonome d’amortissement (CAA), au cours d’un dîner de presse organisé le 14 juin dernier, à Yaoundé.

Dans le domaine des finances publiques, la dette correspond à l’ensemble des engagements financiers contractés par un Etat sous forme d’emprunts. Ce type de financement aide à impulser le développement d’un pays et contribue par ricochet, à une croissance soutenue. Cependant, il se pose très souvent le problème de soutenabilité de ladite dette.

D’après une évaluation de la dette publique au Cameroun au 31 mars 2024, l’encours de la dette du secteur public se chiffre à 12 714 milliards de FCFA. En hausse de 0,5% en glissement trimestriel et de 1,1% comparé à fin mars 2023. Ce qui représente 42,9% du PIB.  

Celle-ci se compose de 93,3% de dette directe de l’administration centrale évaluée à 11 860 milliards de FCFA, soit 40,0% du PIB ; 6,6% de dette des entreprises publiques évaluée à 843 milliards de FCFA, soit 2,8% du PIB, et 0,1% de dette des Collectivités territoriales décentralisées, estimée à 10 milliards de FCFA, soit 0,04% du PIB, suivant les récentes données de la Caisse autonome d’amortissement (CAA).

La dette est maîtrisée

L’enveloppe est lourde et suscite des questionnements. Notamment au sujet de la soutenabilité et la capacité du Cameroun à conserver sa souveraineté. A la Caisse autonome d’amortissement, on rassure pourtant sur la viabilité de cette dette. En effet, elle représente moins de 45% (42,9%) du PIB, largement en dessous du barème communautaire qui est de 70%. Toutes choses devant permettre au pays d’atteindre ses objectifs. Cependant, il est bon de rappeler que le pays s’expose tout de même à un risque de surendettement du fait de la faiblesse des recettes d’exportation.

« La dette publique au Cameroun demeure bien viable et en dessous de 45%, avec certes un risque de surendettement élevé, à cause de la faiblesse des recettes d’exportation et des recettes budgétaires », a indiqué Adolphe Noah Ndongo, Directeur général de la Caisse autonome d’amortissement, lors du déjeuner de presse qu’il a présidé à cet effet, le 14 juin 2024.  Il a par ailleurs précisé que le gouvernement travaille pour pouvoir relever ces recettes budgétaires.

1 723 milliards FCFA de besoin d’endettement

 Les quatre premiers mois de l’année 2024 affichent un montant de 199 FCFA, mobilisés auprès des bailleurs de fonds extérieurs. Soit un taux d’exécution des décaissements extérieurs de 19% par rapport au montant de 1 041 milliards de FCFA attendu pour l’année.

Les besoins d’endettement du Cameroun entre 2024-2026 sont évalués à 5 578 milliards de FCFA. 1 723 milliards de FCFA pour le compte de l’année 2024, soit 5,5% du PIB. Ceux-ci seront couverts « à travers la mobilisation de 1 041 milliards de FCA, d’emprunts extérieurs (soit 60%) dont 907 milliards de FCFA de prêts projets et 134 milliards de FCA d’appuis budgétaires, et 681 milliards de FCFA d’emprunts intérieurs (soit 40%), dont 450 milliards de FCFA d’obligations de trésor et un encours des BTA de 231 milliards de FCFA à fin 2024 », selon la CAA.

Concernant la dette extérieure et « tenant compte de l’ajustement attendu des financements concessionnels disponible de la Banque Mondiale », le plafond d’endettement du Cameroun pour 2024 est fixé à 950 milliards de FCFA, correspondant à une VA d’environ 700 milliards de FCFA.

Le plafond d’endettement base engagement pour la dette intérieure pour la période 2024- 2026 quant à lui, est fixé à 1 350 milliards de FCFA correspondant à une moyenne annuelle de 450 milliards de FCFA.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Verified by MonsterInsights